L’offre limitée propulse les prix du cuivre vers de nouveaux sommets

Bourse de chine

Dans un ballet économique orchestré par des forces invisibles, le cuivre se joue des inquiétudes qui planent dans l’air. Malgré une demande morose et l’absence de nouvelles mesures de relance en Chine, les cours de ce précieux métal rouge sont attirés irrésistiblement vers les sommets.

L’envolée sur le LME

Sur le London Metal Exchange (LME), où les investisseurs scrutent chaque mouvement avec une attention fiévreuse, le cuivre destiné à une livraison dans trois mois déploie ses ailes et gagne 0,6 % pour s’établir à un imposant 8 441,50 dollars par tonne. Pendant ce temps, à Shanghai, le contrat le plus échangé, dont l’échéance est prévue pour juillet, grignote timidement 0,1 %, s’élevant ainsi à 68 540 yuans par tonne (soit 9 495,57 dollars).

La rareté grandissante de l’approvisionnement

À Londres, l’évolution du marché se fait ressentir par une prime flamboyante sur le cuivre pour une livraison dans trois mois, atteignant fièrement 31 dollars. Cette hausse significative marque un tournant, car elle représente le niveau le plus élevé enregistré depuis novembre 2022, un signal clair d’une raréfaction de l’approvisionnement.

Les entrepôts se vident

Les entrepôts agréés par le LME, ces forteresses métalliques gardiennes de précieuses cargaisons, se vident à vue d’œil. Les inventaires de cuivre « on-warrant » chutent à un niveau alarmant de 25 725 tonnes, un niveau qu’on n’avait pas vu depuis octobre 2021. Une tendance similaire se dessine dans les entrepôts du Shanghai Futures Exchange (ShFE), où la même musique résonne, jouée par une orchestration sourde de rareté. Parallèlement, le plomb, un autre acteur du marché des métaux, voit ses stocks au LME atteindre un chiffre de 39 775 tonnes, soit une augmentation impressionnante de 97 % par rapport à la fin du mois de janvier.

Une danse enivrante des autres métaux

Les autres métaux, tout en restant dans l’ombre du cuivre, suivent timidement sa danse enivrante. Sur le LME, l’aluminium, métal aux reflets argentés, avance avec une assurance manifeste, enregistrant une progression de 1,9 %. Le nickel, plus discret mais néanmoins présent, ne se laisse pas distancer et réalise un gain de 1,6 %. Le plomb, quant à lui, enregistre une augmentation de 0,9 %. Enfin, l’étain, cet alliage précieux, se hisse modestement de 1,1 %.

Un équilibre fragile dans le monde des métaux précieux

Ainsi, le monde des métaux précieux se dévoile, révélant les luttes souterraines entre l’offre et la demande, les soubresauts des marchés mondiaux et les jeux d’équilibre économique. Le cuivre, symbole d’une industrie florissante, s’impose en roi incontesté, tiré vers les hauteurs par une rareté grandissante. Les autres métaux, avec leur présence discrète, tentent tant bien que mal de suivre le rythme effréné imposé par ce leader éclatant.

Voir aussi:

Call Now Button