Le ralentissement de la demande de cuivre cache une crise imminente pour l’approvisionnement mondial

Depuis le mois de mars, le prix du cuivre a décliné de manière significative, plongeant d’un tiers. Cette baisse est attribuée aux inquiétudes grandissantes concernant une éventuelle récession mondiale qui impacterait la demande du métal. Cependant, les experts et les principaux négociants de l’industrie minière et métallurgique tirent la sonnette d’alarme en prévoyant qu’un déficit massif se profile à l’horizon, dans seulement quelques années. Cette pénurie toucherait le métal le plus essentiel au monde, pouvant ralentir la croissance économique mondiale, alimenter l’inflation en faisant grimper les coûts de production et compromettre les objectifs climatiques mondiaux.

Stocks au plus bas, production en tension

Les stocks surveillés par les bourses commerciales se situent à des niveaux historiquement bas, et la volatilité récente des prix laisse présager une possible contraction de la production minière dans un futur proche. Alors que la demande de cuivre continue d’augmenter, la croissance de l’offre minière devrait culminer vers 2024, car de nouveaux projets se font rares et les sources existantes s’épuisent progressivement.

Le cuivre : Un métal clé pour l’avenir

Le cuivre est un élément indispensable à notre vie moderne, reconnu comme le matériau de référence pour la conduction électrique. Il joue également un rôle crucial dans la réalisation d’un monde plus respectueux de l’environnement. Des millions de pieds de câblage en cuivre seront indispensables pour renforcer les réseaux électriques mondiaux, tandis que des tonnes de ce métal seront nécessaires pour la construction de parcs éoliens et solaires. Avec la transition progressive vers l’électricité, les objectifs de réduction des émissions de carbone devraient doubler la demande de cuivre, atteignant 50 millions de tonnes métriques par an d’ici 2035, selon une étude financée par l’industrie de S&P Global. Les spécialistes prévoient ainsi un déficit historique pouvant atteindre 10 millions de tonnes en 2035, soulignant ainsi l’urgence d’investir dans le cuivre dès maintenant.

Un défi de taille : Le temps de développement des mines

Il faut en moyenne dix ans pour mettre en place une nouvelle mine et la faire fonctionner efficacement. Par conséquent, les décisions prises par les producteurs actuellement auront un impact crucial sur les approvisionnements pour au moins une décennie à venir. Cependant, face aux incertitudes économiques actuelles, les investisseurs ont commencé à se désengager, craignant que la demande de ce métal, symbole de croissance et d’expansion, ne soit impactée par une récession mondiale. Ce ralentissement conjoncturel et le sous-investissement qui en découle ne font qu’aggraver la situation.

Les experts du domaine des matières premières ont alerté sur le risque d’une crise du cuivre depuis des mois, voire des années, et la récente stagnation du marché ne fait qu’accentuer les futurs problèmes d’approvisionnement, en créant un faux sentiment de sécurité, en entravant les flux de trésorerie et en refroidissant les investissements. Une prise de conscience rapide et des actions concertées sont nécessaires pour faire face à cette menace imminente qui plane sur le cuivre, et par extension, sur l’économie mondiale toute entière.

Voir aussi:

Call Now Button