Le cuivre reprend de la vigueur après des pertes significatives

Le cuivre, métal essentiel dans l’industrie, affiche une légère reprise ce matin sur le marché. Cependant, il est peu probable qu’il puisse éviter une tendance baissière sur l’ensemble de la semaine, en raison des importantes pertes subies lors de la séance précédente. Hier, le cuivre a atteint son niveau le plus bas depuis près de quatre mois, subissant la pression de plusieurs facteurs, dont le maintien des taux d’intérêt américains à un niveau élevé, une augmentation des stocks et la force persistante du dollar.

Rebond modéré du cuivre

Le cuivre pour livraison à trois mois a enregistré une modeste progression de 0,4 % depuis son ouverture, atteignant 8 223,50 $ par tonne. Il tente ainsi de regagner une partie du terrain qu’il avait perdu lors de la séance précédente, au cours de laquelle il avait chuté à son plus bas niveau depuis le 31 mai dernier.

Sur le Shanghai Futures Exchange (ShFE), le contrat le plus négocié, à échéance d’octobre, a enregistré un recul de 0,7 %, s’établissant à 68 220 yuans (soit 9 343,29 $) par tonne.

Facteurs de pression sur le cuivre

Actuellement, le principal élément pesant sur le cuivre est le risque de voir les investisseurs se détourner des actifs à haut risque, à la suite des annonces de la Réserve fédérale américaine. De plus, la hausse des stocks pourrait engendrer de nouvelles pertes pour le cuivre. Cela est dû à la situation économique contrastée en Chine et à la persistance de la vigueur du dollar, qui continue de freiner la demande pour les métaux industriels, comme le soulignent les analystes de BMI dans leur dernier rapport.

Cours du cuivre à Londres

Les prix du cuivre à Londres ont connu une légère hausse ce vendredi, mais ils restent en baisse sur l’ensemble de la semaine, ayant atteint leur niveau le plus faible en près de quatre mois lors de la dernière séance. Cette baisse est due à l’augmentation des stocks et à la montée en puissance du dollar américain, dans un contexte de taux d’intérêt élevés qui devraient persister.

Le cuivre à trois mois sur la London Metal Exchange (LME) a augmenté de 0,4 %, atteignant 8 229,50 $ par tonne à 05h27 GMT, après avoir enregistré sa plus forte baisse en pourcentage sur une journée depuis le début du mois d’août, et avoir atteint son plus bas niveau depuis le 31 mai, la veille.

Le contrat d’octobre, le plus négocié sur le marché des contrats à terme de cuivre à Shanghai, a chuté de 0,7 %, s’établissant à 68 220 yuans (soit 9 343,29 $) par tonne.

La Fed américaine en ligne de mire

Le principal facteur pesant sur les prix du cuivre est la diminution de l’appétit pour le risque, conséquence des annonces de la Réserve fédérale américaine indiquant son intention de maintenir une politique monétaire restrictive. Selon Craig Lang, analyste basé à Singapour chez CRU, cette situation a également eu un impact sur les marchés boursiers, qui sont restés sous pression. Le dollar, quant à lui, s’est maintenu près de son plus haut niveau en six mois, tandis que les rendements des bons du Trésor ont atteint leur plus haut niveau en 16 ans, suite aux indications de la Fed concernant une nouvelle hausse des taux cette année et des conditions monétaires plus strictes jusqu’en 2024.

Par ailleurs, les stocks de cuivre dans les entrepôts enregistrés à la LME sont au plus haut depuis mai 2022. Cette augmentation des stocks pourrait exercer une pression supplémentaire sur les prix du cuivre, alors que la croissance économique chinoise demeure inégale et que la force du dollar continue de limiter la demande mondiale pour les métaux industriels, comme le notent les analystes de BMI dans une note récente.

Autres métaux industriels

Dans d’autres actualités liées aux métaux industriels, le nickel sur le LME a enregistré une hausse de 0,7 %, atteignant 19 250 dollars la tonne, mais il se maintient à proximité de son plus bas niveau depuis juillet 2022. L’aluminium a augmenté de 1 %, atteignant 2 234 dollars la tonne, le zinc a enregistré une hausse de 1 %, atteignant 2 538 dollars, le plomb a progressé de 0,6 %, atteignant 2 197 dollars, et l’étain a augmenté de 0,3 %, atteignant 25 575 dollars.

Sur le Shanghai Futures Exchange (ShFE), le nickel a chuté de 1,7 %, s’établissant à 157 150 yuans par tonne, le plomb a perdu 0,4 %, atteignant 17 040 yuans, l’étain a reculé de 1,5 %, atteignant 217 520 yuans, tandis que l’aluminium a progressé de 1,3 %, atteignant 19 660 yuans, et le zinc a avancé de 0,6 %, atteignant 21 980 yuans.

Selon les données de l’INSG, le marché mondial du nickel a enregistré un excédent de 28 600 tonnes en juillet.

Le dollar américain est un facteur clé

Le renforcement du dollar américain a un impact significatif sur les prix des métaux industriels, en particulier sur le cuivre. Une devise américaine plus forte rend les métaux libellés en dollars plus coûteux pour les acheteurs étrangers, ce qui peut entraîner une baisse de la demande. De plus, le dollar est souvent utilisé comme actif refuge par les investisseurs en période d’incertitude, ce qui peut également exercer une pression à la baisse sur les métaux industriels. Dans ce contexte, la persistance de la force du dollar est un élément clé à surveiller pour les investisseurs du marché du cuivre.

Conclusion

En conclusion, le cuivre affiche une légère reprise ce matin, mais les perspectives restent mitigées pour le reste de la semaine. Les facteurs tels que le maintien des taux d’intérêt américains à un niveau élevé, l’augmentation des stocks et la vigueur du dollar continuent de peser sur le métal. La demande en métaux industriels reste également incertaine en raison de la croissance économique inégale en Chine. Les investisseurs restent attentifs à l’évolution de ces facteurs pour anticiper les mouvements futurs des prix du cuivre et des métaux industriels en général.

 

Voir aussi:

Call Now Button