Cours du cuivre stable malgré l’absence des opérateurs chinois lors des jours fériés

Le cuivre, une ascension irrésistible alimentée par la rareté

Dans une chorégraphie économique orchestrée par des forces invisibles, le cuivre se joue des inquiétudes qui planent dans l’air. Malgré une demande morose et l’absence de nouvelles mesures de relance en Chine, les cours de ce précieux métal rouge sont attirés irrésistiblement vers les sommets. Cette ascension vertigineuse est principalement alimentée par une limitation sans précédent de l’approvisionnement et une chute vertigineuse des inventaires.

Les cours sur le LME et le ShFE

Sur le London Metal Exchange (LME), le cuivre destiné à une livraison dans trois mois déploie ses ailes et grimpe à 8 441,50 dollars par tonne. À Shanghai, le contrat le plus échangé, dont l’échéance est prévue pour juillet, gagne timidement 0,1 %, atteignant 68 540 yuans par tonne (soit 9 495,57 dollars).

Une prime flamboyante et une raréfaction de l’approvisionnement

À Londres, une prime flamboyante sur le cuivre pour une livraison dans trois mois atteint fièrement 31 dollars, le niveau le plus élevé depuis novembre 2022. Cela témoigne d’une raréfaction de l’approvisionnement. Les stocks de cuivre dans les entrepôts agréés par le LME chutent à un niveau alarmant de 25 725 tonnes, tandis que le plomb voit ses stocks augmenter de façon impressionnante.

Les autres métaux tentent de suivre le cuivre

Les autres métaux, bien qu’ombragés par la présence éclatante du cuivre, tentent timidement de suivre son rythme enivrant. Sur le LME, l’aluminium progresse avec assurance, enregistrant une augmentation de 1,9 %, tandis que le nickel réalise un gain de 1,6 %. Le plomb enregistre également une augmentation de 0,9 %, et l’étain se hisse modestement de 1,1 %.

La danse des métaux précieux

Sur le ShFE, l’aluminium gagne timidement 0,6 %, tandis que le zinc affiche une progression de 0,7 %. Le monde des métaux précieux se dévoile, révélant les luttes souterraines entre l’offre et la demande, les soubresauts des marchés mondiaux et les jeux d’équilibre économique. Le cuivre se positionne en roi incontesté, tiré vers les hauteurs par une rareté grandissante, tandis que les autres métaux tentent tant bien que mal de suivre le rythme effréné imposé par ce leader éclatant.

Voir aussi:

Call Now Button