Baisse des métaux non ferreux à Londres en août: Impact du billet vert et stocks en hausse

En ce début du mois d’août, le marché des métaux non ferreux à Londres est en repli, principalement en raison du renforcement du billet vert qui rend les produits libellés en dollar plus coûteux pour les détenteurs d’autres devises. Cette tendance s’explique par les conclusions d’une enquête menée par la Fed qui indiquent que les banques ont resserré leurs normes de crédit et ont reçu moins de demandes de prêt au deuxième trimestre, signalant ainsi l’impact des relèvements de taux sur l’économie.

Le recul des métaux non ferreux

Le London Metal Exchange (LME) enregistre une baisse des métaux non ferreux. Le cuivre pour livraison à trois mois perd 0,3 % à 8,803.50 $/t, l’aluminium glisse de 0,5 % à 2.272 $/t, le nickel est en retrait d’1,2 % à 22.035 $/t, le zinc abandonne 0,5 % à 2.553 $/t et le plomb recule de 0,3 % à 2,143.50 $/t. L’étain est particulièrement touché, enregistrant une chute de 3,6 %, soit son niveau le plus bas depuis le 6 juillet. Les entrepôts du LME voient leurs inventaires augmenter à 5.275 tonnes, atteignant leur niveau le plus élevé depuis octobre 2020.

Stockage en hausse et incertitude économique

La baisse des cours de l’étain est également observée sur le Shanghai Futures Exchange (ShFE), où les stocks sont à leur plus haut niveau depuis 2017. L’étain du ShFE a perdu jusqu’à 4,2 %, atteignant 224.180 yuan/t, son plus bas niveau depuis le 5 juillet. Cette situation s’explique par une augmentation significative des stocks dans les entrepôts, tant au LME qu’au ShFE.

Le cuivre au plus haut depuis trois mois

Malgré la baisse générale des métaux non ferreux, le cuivre connaît une hausse et atteint son plus haut niveau depuis trois mois. Cette tendance est soutenue par l’optimisme croissant concernant la demande chinoise et les risques d’approvisionnement au Chili.

Les facteurs de soutien à la demande de cuivre

Du côté de la demande, la direction de Beijing a promis un soutien accru au secteur immobilier et une réduction du fardeau de la dette des gouvernements locaux, ce qui devrait stimuler le besoin de matières premières chez le principal consommateur de métaux. De plus, des politiques de soutien supplémentaires pour encourager la consommation de véhicules électriques sont à l’étude, sachant que ces véhicules jouent un rôle émergent majeur dans la demande de cuivre.

Les perspectives du marché américain

La baisse de l’inflation aux États-Unis a également eu un impact positif sur le sentiment des marchés financiers en juillet. Les investisseurs parient que la Réserve fédérale pourrait bientôt mettre fin à sa campagne agressive de relèvement des taux. Le président de la Fed de Chicago, Austan Goolsbee, a qualifié les données montrant un ralentissement de l’inflation aux États-Unis de « fabuleuses nouvelles ».

Les risques d’approvisionnement

Outre les facteurs de demande, les risques d’approvisionnement sont également au centre de l’attention. Le géant chilien de l’exploitation minière du cuivre, Codelco, a récemment revu à la baisse ses prévisions de production annuelle et a augmenté ses estimations de coûts après un autre trimestre décevant. Les données officielles de l’agence statistique du Chili ont montré que la production nationale de cuivre a rebondi en juin par rapport au mois précédent, mais elle a diminué de 0,9 % par rapport à l’année précédente.

Conclusion:

En conclusion, le marché des métaux non ferreux à Londres connaît une baisse en août, principalement due au renforcement du billet vert et à la contraction de la demande de crédit après les relèvements de taux. Malgré cette tendance générale, le cuivre affiche une performance positive, soutenu par l’optimisme concernant la demande chinoise et les risques d’approvisionnement au Chili. Toutefois, des incertitudes demeurent quant à la demande et à l’approvisionnement, ce qui pourrait influencer la volatilité des prix dans les mois à venir.

 

Voir aussi:

 

Call Now Button